Edito: Le pouvoir associatif, outil de développement solidaire

Pendant longtemps, l’assistance aux populations, démunies, défavorisées, isolées, malades ou persécutées à l’international a été l’œuvre d’organisations cultuelles ou laïques fonctionnant sur la base du système associatif. Actives grâce à l’implication de leurs membres, sympathisants et bénévoles et financées grâce à la générosité de la population, ces dernières ont pu bénéficier d’un apport plus important de capitaux en recevant des subventions issues de fonds publics ou privées en provenance d’organismes souhaitant associer leur nom à des actions de « haute valeur morale ».

Petit à petit, ces associations ont acquis un véritable statut et se sont intégrées dans des dispositifs nationaux de développement international. Elles ont été promues au rang d’interlocuteurs écoutés et respectés disposant d’une expertise inégalable dans leur domaine d’action. C’est ainsi que plusieurs ONG ont obtenu un rôle consultatif auprès de l’ONU afin de permettre aux dirigeants de notre monde d’être informée par des organismes indépendants.

  

Par ailleurs, la forte implication et l’efficacité du secteur associatif ont conduit les pouvoirs publics à revoir leur modus operandi en termes de solidarité internationale. De nombreux gouvernements et collectivités locales ont ainsi opté pour le financement direct de projet de développement mené par le monde associatif en lieu et place de l’aide financière versée souvent à perte aux gouvernements des pays en développement. Des associations sont donc aujourd’hui reconnues d’intérêt public et bénéficient de soutiens financiers, techniques et diplomatiques afin de faciliter leur travail sur le terrain.

 

Cette nouvelle organisation de l’aide au travers des associations, en place depuis quelques décennies, mérite d’être étudiée en détail pour déterminer l’efficacité réelle des actions engagées. Le nombre et le type d’actions entreprises, le volume des aides, leurs destinations précises ainsi que les retombées concrètes dont ont bénéficié les populations cibles doivent montrer la pertinence des dispositifs d’aide au développement mis en place par les pays donateurs afin de pouvoir ajuster, en cas de dysfonctionnement, les modalités de ces dispositifs. Des contrôles stricts sont effectués pour déterminer si les fonds ont été utilisés à bon escient, ce qui assure la qualité des activités mises en place par les associations.

 

Ainsi, à travers des projets d’aménagement local, de soutien à la scolarisation, d’électrification, de développement agricole ou encore de soutien à la création d’entreprises comme celui porté par AIDONS, les associations sont devenues des acteurs incontournables du développement économique des régions défavorisées. Elles méritent donc d’être considérées comme un maillon solide de la chaîne de la solidarité internationale.

 

Aussi, en ces temps difficiles où règne une instabilité politique dans différents Etats, il est du devoir des pouvoirs politiques et économiques de faciliter l’action du réseau associatif afin que ce dernier puisse réaliser des études, identifier les problèmes et proposer des solutions. Les moyens humains et financiers doivent lui être accordés, hors des contraintes géostratégiques, pour que ses actions ne souffrent d’aucune entrave.

 

Madjid Chaker

Président d'AIDONS

Écrire commentaire

Commentaires : 0

2017

Jeudi 16 novembre                  2017

18 h à 19 h

 

INFORMATION SUR L'ACCOMPAGNEMENT

A LA CREATION D'ENTREPRISE

 

Sur inscription, par mail : contact@aidons.eu

 

 

25 octobre 2017

A 18h 30 à la mairie de Paris

Auditorium, hôtel de Ville

Paris 4ème

 

Relation

   France Algérie

 

27 septembre 2017

   Algérie en Mouvement! 

   du 27 au 30 septembre

 

Mercredi 27 septembre         18h30 - 22h

   à la Mairie du 2ème      arrondismt de Paris

17 mai 2017

A 18h 30 au CNAM

292, rue St Martin  Paris 3ème

 

Relation

   France Algérie

 

 

21 février 2017

A 18h 30 à la mairie du 3ème arrondissement de Paris

Relation

   France Algérie

 

 

18 et 19 février 2017

Hotel de Ville de Paris

 

 

2016

15 juin 2016

Le 15 juin 2016, AIDONS a déposé une demande de financement d'un projet en Algérie, dans le cadre du Paris Label Codéveloppement 2016.

 Le projet consiste en la création d'une maison de la jeune entreprise à Alger.

Notre projet n'a pas été retenu parce que l'association n'est pas domiciliée à Paris.

Ce sera chose faite pour 2017.

6 juin 2016

Le 6 juin 2016, AIDONS a déposé une demande de financement d'un projet en Algérie, dans le cadre du PRA/OSIM du Forim.

Le projet consiste en la création d'un centre d'accompagnement et de formation de porteurs de projet en Algérie.     Notre projet n'a pas été retenu. Nous attendons des explications.

18 mars 2016

 

Conférence sur le "Codéveloppement France-Maghreb" 

Salle SRV,

24 avenue Paul Raoult

Les Mureaux 

de 17 à 19h

 

En savoir plus >>

ACTUALITES

6 juin 2016